Blogger templates

 

الأحد، 8 أبريل، 2012

Potentialités économiques de tafilalt

0 commentaires

Le Tafilalet reste une région principalement agricole avec une spécificité de production de dattes assez marquée.

Sur le plan des activités économiques, le Tafilalet reste une région principalement agricole avec Ghrissune spécificité de production de dattes assez marquée en considération des caractéristiques de son milieu. En effet, à elle seule, la Province d’Errachidia occupe 29% de la superficie réservée au palmier dattier au niveau national. Elle participe en outre à une hauteur de 27% dans la production nationale de dattes.

L’agriculture comme pilier de l’économie locale

L’agriculture reste la principale activité de la région, elle procure les moyens d’existence à une large partie de la population. La phoeniculture est l’ossature de l’activité agricole dans les oasis, car le palmier dattier crée un micro‐climat favorable au développement d’autres cultures tels que: l’olivier, les céréales, le fourrage, ainsi que les légumineuses.
La production des dattes dans la province représente environ 27 % de la production nationale, mais ce secteur fait face à plusieurs contraintes notamment celles liées au vieillissement des palmiers, au fléau du Bayoud, au manque de soins apportés après et pendant les récoltes, à la longue période de sécheresse ainsi qu’à la spéculation.
Actuellement, les efforts sont orientés vers le développement de ce secteur, ce qui permettra d’améliorer les conditions de vie d’une large population.
La superficie agricole utile de la Province s’élève à 56 220 ha dont 20,95% sont irriguées et 79,05% conduites en bour. Le statut juridique des terres cultivables est dominé par le «melk et assimilé » qui occupe presque 96% des superficies cultivables de la province.dattes

En ce qui concerne la production animal, le caractère pastoral de la zone lui imprime une activité plutôt orientée ver les élevages ovin et caprin. Les effectifs de ces troupeaux dépassent le million de têtes. Les productions animales 4 000 tonnes de viandes et de 11 000 tonnes de lait par an.

Cependant, on distingue deux types d’élevage dans la zone :

Un élevage extensif constitué de troupeaux mixtes des ovins, caprins et camelins, conduits en système nomade, semi‐nomade ou sédentaire ;

Un élevage intensif, localisé dans les zones irriguées, représenté par les bovins et les ovins de la race D’man, conduits en stabulation.

Le tourisme

De part ses caractéristiques naturelles, géographiques et socio‐historiques, le territoire d’Errachidia recèle des potentialités touristiques importantes pouvant jouer un rôle de levier dans le développement territorial. En effet, en plus des richesses à caractères humain (ksours et casbahs), les oasis, le désert, le patrimoine culturel, les paysages de montagne, le thermalisme, …etc., sont autant de potentialités en mesure d’enclencher une dynamique de développement de ce secteur à condition de s’insérer dans une démarche durable respectant l’environnement et la société locale.
ecotourismeL’étude réalisée par la Délégation du tourisme de la Province d’Errachidia3 propose six produits touristiques différents à développer et ce en fonction des potentialités de la Province. Le tableau ci‐après illustre les différents produits proposés avec les principaux sites et/ou potentialités valorisables.

La province d’Errachidia jouit également d’une infrastructure d’hébergement assez suffisante répartie entre les principaux pôles d’attraction qui sont Arfoud, Errachidia, Rissani, Goulmima et Rich. On compte en effet 798 chambres d’hôtel (dont 573 en hôtels classés) offrant une capacité d’accueil de 1 530 chambres (dont 1 152 en hôtels classés). La zone d’Arfoud est la mieux dotée en infrastructures puisqu’elle abrite 62% de lits disponibles au niveau de la Province.
Hormis l’agriculture et le tourisme sur lesquels l’activité économique de la Province est tournée, il existe d’autres secteurs économiques qui peuvent jouer un rôle important dans la dynamique de développement du territoire si les conditions de leur émergence sont favorisées. Il s’agit notamment de l’agro‐industrie, de l’industrie, de la chimie, parachimie et matériaux de construction, des mines et de l’artisanat.
L’activité agro‐industrielle concerne pour le moment le lait, les céréales et les olives. Parmi les principales unités agro‐industrielles de la Province, on peut noter :
  • Des minoteries : une unité industrielle et trois unités artisanales ;
  • 2 laiteries (Colait Ziz et Coopérative Halib Rich) ;
  • 3 huileries ;
  • Quelques entrepôts frigorifiques.
En ce qui concerne le secteur de la chimie et de la parachimie, il compte deux unités de traitement de minerais, une unité de conditionnement de gaz et une imprimerie.
Quand au secteur des matériaux de construction, il compte cinq unités spécialisées dans la production d’agglos et d’hourdis. Ce secteur est appelé à se développer vu l’importante activité de construction.
A noter également qu’une importante unité de rechapage de pneus est en cours d’installation.
Pour le secteur des mines, la province d’Errachidia est riche en minerais dont les principaux sont: le zinc, le plomb, la brytine, le manganèse, le talc et la bentonite. L’exploitation des ces dernier se fait dans la plus part des cas d’une manière artisanale à cause de la nature des gisements et de leur dispersion.

0 commentaires:

إرسال تعليق